Chroniques de trésors mythiques et trésors perdus - 1er trésor

image chroniques de trésors perdus.png
 
 

Introduction

Que seraient les légendes sans quelques trésors fabuleux cachés par-ci par-là ? L’irrésistible envie de percer leurs mystères sommeille en beaucoup d’entre nous.

Bien sûr, il y a plusieurs sortent de trésors.

- Ceux qui sont bien réels et qui ont été engloutis par les eaux des différents océans de la planète.

- Ceux qui ont été cachés par des chevaliers ou autres pirates sur les terres et dans les îles et qui frôlent le légendaire.

- Puis viennent ceux, imaginaires cette fois, qui peuplent les contes et autres récits mythiques ayant pour protagonistes leprechauns, géants, nains, dragons et autres fées.

Le trésor dont je vais vous parler aujourd’hui appartient d’ailleurs à cette dernière catégorie.

Le Trésor du Rhin ou la légende des Nibelungen

Le valeureux Siegried, la belle Kriemhild, la Walkyrie Brünnhild, le roi Gunther, le nain Albérich et le perfide Hagen. N’oublions pas, bien entendu, le dragon Fafnir, les Nibelungen et leur fabuleux trésor.

Ce sont là les personnages et éléments principaux d’une très ancienne légende germano-scandinave largement popularisé par Wagner et son opéra en 4 parties L’Anneau du Nibelung.

Toutefois, ce n’est pas la version de Wagner que j’ai choisi de vous raconter ici, mais une plus ancienne. Tout commence par une soif d’aventure, celle du jeune prince Siegfried, et de sa totale incapacité à rester en place.

Le jeune prince part donc à l’aventure et croise bientôt sur sa route un nain forgeron du nom de Mimir et reste quelque temps avec lui. Mais le nain fini par lui tendre un piège, car il souhaite se débarrasser de son encombrant visiteur, trop fort et trop bien fait de sa personne à son goût. Il envoie Siegfried chez un charbonnier voisin pour se procurer du charbon, mais ce que ne sais pas notre ami, c’est qu’un gigantesque dragon à élu domicile dans une caverne non loin de la maison du charbonnier. Lorsque Siegfried approche, l’animal attaque sans crier gare et manque de peu cette cible alléchante. Il bondit à nouveau sur le prince, mais ce dernier est vif. Il déracine un arbre et le lance sur le dragon qui se retrouve prisonnier des branches et des racines. Siegfried ne perd pas de temps et entasse d’autres arbres sur le monstre, ne laissant pas à ce dernier l’opportunité de s’échapper, et y mets le feu. Un flot de graisse se répand autour de l’animal prodigieux. Siegfried y trempe son doigt et découvre que celui-ci est devenu aussi dur que de la corne. Il s’empresse alors de s’enduire le corps de cette substance, devenant ainsi invincible. Mais une feuille de tilleul est venue se poser juste entre les deux omoplates du prince, faisant de cet unique endroit le point faible de Siegfried.

Le jeune homme reprend sa route et voyage jusqu’au pays des Nibelungen, un royaume possédant de fabuleuses richesses. Mais Fafnir, le dragon est de nouveau là, près à régler ses comptes avec Siegfried. S’ensuit un combat à mort dont le prince ressortira vainqueur. Reconnaissants, les rois des Nibelungen, deux frères, offrent l’épée merveilleuse Balmung au héros ainsi que les richesses qu’il pourra prendre avec lui. Cependant, Siegfried est malin et emporte plus que ce que les rois auraient voulu lui laisser. Ils s’interposent et meurent eux aussi de la main du guerrier. C’est désormais l’entièreté du trésor des Nibelungen qui appartient au prince.

Sur ces entrefaites, apparaît le nain Alberich à qui Siegfried dérobe un précieux anneau, la seule chose qu’il souhaite emporter avec lui. Car oui, le démon de l’aventure a déjà repris possession du prince. Après avoir juré de devenir son vassal, Alberich prévient Siegfried : si tu prends cet anneau, il te portera malheur. Mais le prince hausse les épaules et s’en va.

Après maintes péripéties et après avoir délivré Brünnhild, l’ancienne Walkyrie autrefois punie par Odin à être plongée dans un sommeil éternel dont seul un héros pouvait la délivrer, Siegfried retourne chez lui. Là, il entend parler de la belle Kriemhild, sœur de Gunther roi des Burgondes et reprends la route.

Une pleine année passe avant que Siegfried ne rencontre la princesse. Entretemps, Gunther s’est mis en tête de faire de Brünnhild sa reine. Siegfried promet de l’aider s’il obtient la main de Kriemhild en échange. Gunther réussis à faire de l’ancienne Walkyrie sa reine grâce aux multiples ruses de Siegfried et ce dernier retourne dans son royaume avec sa nouvelle épouse.

Dix années passent, mais Brünnhild est furieusement jalouse de Kriemhild. Elle est secrètement amoureuse de Siegfried depuis qu’il l’a délivrée de son sortilège. Et c’est lors d’une énième altercation entre les deux femmes que Kriemhild révèle que c’est grâce aux ruses de son mari que Brünnhild à épouser le roi Gunther et non grâce à la force de ce dernier. Furieuse, Brünnhild décide de se venger et c’est le perfide Hagen qui va se charger d’exécuter cette vengeance.

Hagen est le conseiller du roi Gunther et a toujours été terriblement jaloux de Siegfried. C’est donc avec enthousiasme qu’il échafaude son plan. Lorsque celui-ci est prêt, il va trouver Kriemhild. Son mari lui bat froid, car elle a trop parlé, mais elle se sait en tort et son amour pour Siegfried reste inchangé. Hagen se présente donc sur ces entrefaites et feint de s’intéresser à la peine de Kriemhild en lui demandant ce qu’il peut faire pour soulager sa douleur. Cette dernière lui répond qu’elle ne souhaite qu’une chose, que le conseiller protège son mari. Hagen simule la surprise, Siegfried est déjà invincible, pourquoi aurait-il besoin de protection ?

Alors, en toute innocence et pour son plus grand malheur, Kriemhild révèle le secret de son époux et son unique point faible. Sur le conseil de Hagen, qui affirme qu’il doit pouvoir identifier cet endroit particulier du corps de Siegfried pour pouvoir le protéger avec efficacité, Kriemhild accepte de coudre une petite croix rouge sur la tunique de son aimé.

Une partie de chasse est organisée et Hagen profite que Siegfried se désaltère à une source pour cacher ses armes et lui planter une lance dans le dos, juste entre les deux omoplates. Le cœur percé de part en part, Siegfried se meurt. Hagen se penche sur lui et lui murmure qu’à présent, Brünnhild est vengée.

Cependant, la mort de son ennemi ne suffit pas, Hagen veut aussi s’emparer du fabuleux trésor des Nibelungen. Celui-ci a été donné par Siegfried à son épouse comme cadeau de noces. Ainsi, les frères de Kriemhild encouragés par les conseils de Hagen, font-ils pression sur leur sœur pour qu’elle rapatrie le trésor en royaume Burgonde. Après avoir pleuré la mort de son époux pendant 4 ans, Kriemhild cède et consent à faire rapatrier le trésor.

Tant de richesses attisent les convoitises et les frères de Kriemhild commencent à penser qu’il vaut mieux que personne ne possède le trésor et jurent que tant que l’un deux sera vivant, personne ne pourra s’en approcher. Hagen veille toutefois et, sur le chemin du retour, il précipite lui-même le trésor dans un endroit du Rhin connu de lui seul, espérant ainsi un jour en devenir l’unique propriétaire.

Plusieurs années passent. Kriemhild a épousé le roi des Huns en seconde noce et invite sa famille à venir lui rendre visite. Elle n’a cependant pas oublié la mort de Siegfried et les responsables de son assassinat et elle a mûrement réfléchi sa vengeance. L’armée des Huns tue les frères de Kriemhild et leur suite et capture Hagen.

La reine vient trouver ce dernier dans le cachot où il a été enchaîné.

– Si vous me rendez ce que vous m’avez pris je vous laisserai peut-être la vie sauve, annonce-t-elle.

– Tu es arrivée à ton but, réplique ce dernier. Gunther, Giselher et Gernot sont morts, mais seul Dieu et moi savons où est l’or des Nibelungen et jusqu’à la fin des temps, il restera caché.

– Ainsi mes tourments et mes peines ne trouveront pas justice, murmure la reine, mais il me reste Balmung.

Kriemhild prend l’épée de Siegfried, dans ses mains et décapite Hagen d’un seul coup avant de mourir à son tour des mains d’un vieux conseiller qui se trouvait là et qui n’a pu pardonner ce dernier châtiment à sa reine.

Conclusion

Ainsi se termine la tragique légende des Nibelungen et, à l’instar de nombreuses autres histoires, celle-ci a un fond de vérité. Elle dépeint en toile de fond les multiples affrontements entre Burgondes et Romains. La rumeur de l’existence d’un trésor des Burgondes, peuple presque entièrement décimé par les Romains entre 435 et 436 après JC, est apparue à ce moment-là.

Et je terminerai sur ceci : entre 1980 et 1990, le plus important trésor de pièces métalliques datant de l’époque des provinces romaines fut découvert dans un ancien méandre du Rhin. Ces découvertes ont été présentées au Parc Archéologique européen de Bliesbruck-Reinheim (Moselle) en 2008.

 
 
Cheap Textbooks at AbeBooks
 
 
 
 
 
Richard Wagner : L'Or du Rhin [(+booklet)]
Starring James Levine, James Morris, Christa Ludwig, Siegrfried Jerusalem, Ekkehard Wlaschiha