Chroniques de trésors mythiques et trésors perdus - 2e trésor

image chroniques de trésors perdus.png
 

Introduction

Que seraient les légendes sans quelques trésors fabuleux cachés par-ci par-là ?

Parmi ces trésors, vous avez ceux qui se comptent en richesses matérielles et ceux qui se distinguent par la richesse de leur héritage.

Le trésor dont nous allons parler aujourd’hui réunit un peu de ces deux tendances.

Le Roi Salomon

Entre les films, les livres et les histoires que l’on a pu écrire sur lui, je me demande s’il existe de nos jours des personnes qui n’ait encore jamais entendu parler du légendaire Roi Salomon.

En ce qui me concerne, j’ai pour la première fois entendu parlé de lui à travers cette histoire des deux femmes qui se querellaient pour un enfant. Toutes deux prétendaient être la mère du même nouveau-né et aucune ne voulait céder. Elles se présentèrent donc devant le roi pour lui demander de rendre justice. Après avoir écouté avec attention chacune des plaignantes Salomon ordonna que le bébé soit coupé en deux afin de le partager entre les deux femmes. En entendant cette sentence, la véritable mère du petit cria de ne pas tuer l’enfant, mais de le donner à l’autre femme. Heureux que son plan ai fonctionné, Salomon ordonna que le nouveau-né soit immédiatement restitué à sa mère et que la seconde plaignante soit punie en conséquence.

Cette anecdote est souvent rapportée pour illustrer la sagesse et le sens aigu de la justice du roi Salomon, mais il en est une autre qui se rapporte plus aux richesses de ce dernier, celle qui raconte l’histoire de ses mines et sa relation avec la reine de Saba.

Affiche Vintage du film “Les Mines du Roi Salomon”.

Les Mines, le Temple et l’Arche d’Alliance

A partir du moment où l’on commence à parler des multiples trésors du roi Salomon, les mines, le temple et la reine de Saba sont souvent les premières choses qui viennent à l’esprit. Le tout enrobé dans autant de légendes ayant traversé les siècles.

Mais, tout comme pour Heinrich Schliemann et la redécouverte de l’antique cité de Troie, c’est à un homme qui croyait au fond de vérité des légendes que l’on doit la redécouverte des hauts faits du roi Salomon.

Nelson Gluek, passionné par le mythique souverain, est hanté par l’idée que puisque la Bible parle des trésors du Roi Salomon avec tant de détail, c’est que ceux-ci peuvent être retrouvés. Après tout, Schliemann n’avait que les seuls écrits d’Homère et son obsession lorsqu’il a retrouvé Troie !

Armé de ses convictions, il prend la tête d’une expédition en 1937 et se dirige vers le port d’Akaba, sur la Mer Rouge, celui que la Bible nommait Elath. Là, au lieu dit Tell-El-Kheleifeh, il creuse, trouve quelques objets et s’entête, poussé par son intuition. Et, victoire, des galeries et des murailles sont mises au jour ainsi que des poteries qui permettent de dater le site : 1000 ans avant Jésus-Christ, l’époque de Salomon. Jusqu’en 1940, Glueck dirige fouille sur fouilles, mettant au jour les restes d’une ville et d’innombrables objets en cuivre. Il a retrouvé l’antique port d’Ezeon-Geber mentionné dans la Bible, construit et équipé par le légendaire monarque.

C’est dans les montagnes hostiles du désert du Neguev que le minerai dont a besoin Salomon se trouve, alors il ne reculera devant rien pour aller l’extraire. Il établit ainsi un commerce fructueux avec la fabuleuse Ophir, du cuivre et d’autres minerais contre de l’or. Il est dit qu’il faut trois ans pour effectuer le voyage aller-retour depuis Ezeon-Geber jusqu’à cette contrée dont personne à ce jour n’a encore retrouvé la trace. Salomon a la richesse, il s’occupe à présent de construire sa capitale ainsi que Temple et le saint des saints qui abritera l’Arche d’Alliance. Pour cela, il fait appel à maître Hiram le Phénicien et il faudra 20 ans pour que capitale et Temple soient enfin à la hauteur de ce que le Salomon demande.

Le Roi va diriger son royaume d’une main de maître, avec beaucoup de sagesse et de sens politique, et créer un des tous premiers Etats. Erudit et fortement attiré par les sciences occultes, il laissera à la postérité plusieurs écrits dont Le Cantique des Cantiques. L’un des plus beaux hymnes d’amour, et des plus sensuels aussi, qui ait jamais été écrit et très probablement dédié à la Reine de Saba.

Cependant, ce que Salomon a accompli n’est pas destiné à lui survivre bien longtemps. La gloire et le prestige dont jouit le souverain fait de nombreux envieux parmi les puissants de l’antiquité et la fabuleuse richesse qu’il a accumulé, en si peu de temps finalement, attise les convoitises. Tant que le grand roi vivra personne n’attaquera car sa renommée le précède et les alliances qu’il a savamment nouées le protège, mais à sa mort, les royaumes voisins et plus lointains ne l’entendront plus de cette oreille. Les successeurs ne font pas le poids. C’est Nabuchodonosor, roi de Babylone, qui assiégera la capitale, quelques temps après la mort du souverain, et lui donnera le coup de grâce.

Le double trésor laissé par l’illustre Salomon, la prospérité matérielle et un état florissant et sagement gouverné n’est plus.

 
 
Cheap Textbooks at AbeBooks