Chroniques des Fées d'Hiver - 6e histoire

suivre le blog

 
 

Cinquième soirée au chalet

Lorsque la nouvelle arrivante eut terminé son récit, elle agita ses ailes diaphanes aux chauds reflets cuivrés et alla se poser avec légèreté aux côtés de son aînée.

Décidément, mes hôtesses me racontaient des histoires toutes plus rocambolesques les unes que les autres.

J’avais peine à assimiler le fait que les Dieux puissent se montrer aussi… humains au final. J’avoue que cette constatation me déroutait quelque peu.

Cela m’amena à me poser une question qui franchit presque aussitôt mes lèvres sans que je puisse la retenir.

 

Comment les fées devinrent-elles les chroniqueuses des Dieux ?

– Comment donc en êtes-vous venues à récolter les mémoires des Dieux ?

Mes hôtesses se tournèrent vers moi d’un seul bloc et m’observèrent en silence quelques secondes. Des secondes qui, je vous l’avoue, me parurent presque des heures. Avais-je fait un faux pas en posant une question qu’il ne fallait pas ?

Une fée plus petite que les autres sauta du spacieux rebord haut de la cheminée où elle se trouvait et s’étira avec grâce. Elle fit quelques pas vers moi avant de prendre place sur un confortable coussin à mes côtés.

– Nous ne pensions pas que tu poserais cette question si tôt, m’expliqua-t-elle enfin. Mais puisque tu l’as fait, c’est moi qui, cette fois, vais avoir le plaisir de te raconter cette histoire. Es-tu toujours à ton aise installé ainsi ?

– Votre hospitalité est sans égale, confirmais-je avec une timidité que je ne me connaissais pas.

Mon interlocutrice me considéra encore un instant en silence avant d’entamer son récit sans plus de questions.

– Imagine-toi, barde, remonter à la nuit des temps si tu le peux. En ce temps-là, le chaos avait beau jeu et les Dieux engendrés par ce désordre cosmique eurent tôt fait de comprendre qu’il leur fallait mettre de l’ordre dans tout ça et le plus tôt serait le mieux.

Les Dieux primordiaux créèrent les dieux secondaires qui en engendrèrent d’autres à leur tour et la population des divinités atteint bientôt le nombre parfait. Tout semblait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais… c’était sans compter sur les personnalités, souvent très différentes, des déités.

Ce fut d’abord Hermès, le messager, qui fut chargé de récolter les desiderata de ses congénères afin de régler leurs conflits. Il devait ensuite consigner tout cela dans des rapports qu’il conservait dans son palais. Mais la tâche devint vite trop importante pour un seul dieu et Hermès décida de se créer des aides.

En réfléchissant à la question, il se dit que ses aides devraient posséder des ailes, comme lui, car cela leur permettrait d’être plus rapides. Ils devraient aussi faire preuve d’une totale impartialité, une qualité essentielle pour rapporter les conflits. Craignant de ne pas obtenir le résultat voulu seul, il demanda à la sage et juste Athéna, de bien vouloir l’aider sur ce point.

La déesse accepta avec grâce et le projet d’Hermès prenait une belle tournure. Puis il se dit que ses nouvelles aides devraient sans doute aussi avoir quelques pouvoirs liés à la Nature. Ceci afin de s’assurer qu’ils puissent se sortir de situations délicates au besoin lorsqu’il s’agirait de récolter puis retransmettre des messages.

Il alla trouver Déméter, la déesse de la terre fertile et du renouveau, et cette dernière accepta de doter les précieuses aides de pouvoirs liés aux choses de la Nature.

Heureux de sa création, il en modela une petite armée à qui il accorda la vie, la parole, le discernement et l’ensemble des qualités requises pour devenir des aides efficaces dès le départ.

C’est ainsi que furent crées les premières fées, nos ancêtres. Elles étaient alors différentes de ce à quoi nous ressemblons aujourd’hui. Elles avaient une taille humaine, des ailes légères et incassables ainsi qu’un corps androgyne presque transparent.

Elles se mirent aussitôt à la tâche et aidèrent Hermès avec diligence, remettant les récits des Dieux à leur créateur qui décidait des suite à donner aux informations reçues.

Tout fonctionna bien pendant un temps, mais Hermès n’avait pas envisagé le fait que sa création puisse évoluer. En effet, au contact permanent des divinités, les fées développèrent une conscience propre.

Puis les Dieux créèrent les humains et les fées trouvèrent que s’amuser aux dépens de ces nouvelles créatures était très divertissant. De fil en aiguille, elles commencèrent à négliger la mission pour laquelle elles avaient été créées.

Pire, elles se risquaient même, à présent, à se moquer des Dieux ! Cela ne pouvait pas durer et l’affaire fut portée devant le conseil des grandes divinités.

Il fut compris et admis que les fées pouvaient se montrer utiles pour beaucoup de choses et les garder, plutôt que les anéantir, servirait davantage. Mais pour ce faire, il fallait d’abord revoir quelques détails.

C’est ainsi que la taille des fées se trouva considérablement réduite. On leur donna un nouveau corps, plus matériel, capable de ressentir les choses et de produire de nouvelles fées au besoin. Elles gardèrent leurs ailes, mais elle héritèrent aussi d’un bien plus grand nombre de tâches et se diversifièrent.

Puis, il fut décrété qu’un seul couple seraient préposé aux informations et autres récits, que l’on désigna désormais sous le nom de Chroniques des Dieux. Ces fées-là gardèrent les caractéristiques premières qu’Hermès leur avait données à l’exception de leur apparence physique.

Les déités construisirent une demeure capable d’emmagasiner les Chroniques dans le futur et, pour éviter les distractions, décidèrent en plus qu’un hiver perpétuel régnerait sur les lieux.

Le couple d’origine étaient mes ancêtres, termina la fée. Mes soeurs sont arrivées en renfort lorsque je me suis retrouvée seule gardienne de cet endroit. Car même les Dieux, vois-tu, sont à même de modifier leurs règles immuables lorsque cela les arrange…

 
 
 
Cheap Textbooks at AbeBooks