Chroniques de la France d'antan, ses mystères et ses légendes - épisode 5

suivre le blog

 
 

Du sel bénit et de la sorcellerie

C’est à Montlieu, en Charente-Maritime où je suis née, que se passent les faits que je vais vous raconter aujourd’hui.

Dans ce village, à une époque pas si lointaine, un mouton tombait-il malade, ou d’étranges disparitions d’objets ou de denrées avaient-elles lieu dans le village ? On faisait venir le prêtre.

La mission de ce dernier était de purifier animaux et lieux pour les délivrer du mauvais sort qui s’acharnait.

image de sel pour article sel, magie et sorcellerie.jpg

Pour ce faire, il utilisait du sel et il faut savoir qu’à l’époque et depuis longtemps déjà, le sel faisait l’objet d’un culte tout particulier dans cette région. C’est tout naturellement que l’église s’appropria cette ancienne tradition païenne pour la faire sienne, comme elle l’avait déjà fait pour de nombreuses autres. Le but étant d’ainsi mieux amadouer les braves gens pour assurer leur conversion.

Notre prêtre donc, perpétuait ses rituels sur les animaux et lieux concernés en procédant par ordre. Pour le mouton, il administrait trois grandes insufflations, faites à jeun, dans la gueule de l’animal qu’il avait au préalable pris soin de tourner vers le soleil levant. Il jetait ensuite de pleines poignées de sel en plein champs du côté des quatre points cardinaux, prenant soin d’englober les lieux “hantés” dans l’opération.

Le prêtre utilisait du sel bénit, bien entendu, et l’on peut d’ailleurs retrouver un vieux rituel de bénédiction spéciale pour le sel donné aux animaux dans les archives de La Rochelle.

Toutefois, l’église décida par la suite que la bénédiction du sel, qui se faisait en grande pompe avec la bénédiction générale du bétail au sein de l’église Saint-Laurent-du-Roc, entretenait la superstition plutôt que de l’éteindre et mirent fin à cette tradition.

Ancien grimoire et formules magiques.jpg

Mais les superstitions sont tenaces et ce fut tout naturellement que les gens, lorsqu’ils constatèrent que l’église ne voulait plus résoudre leurs problèmes, se tournèrent vers les détenteurs des secrets des rituels auparavant évincés.

Les sorciers et sorcières reprirent ainsi la main, en toute discrétion, sur ces rites de purification par le sel que l’église leur avait supprimé et continuèrent à aider les villageois qui les appelaient à l’aide en secret.

En effet, les mages avaient compris depuis longtemps que le sel, souvent accompagné de fer d’ailleurs, éloignait ceux qu’ils désignaient comme le “Petit Peuple”, des étagères des étables et du fourrage des bêtes.

 
 
 
Cheap Textbooks at AbeBooks