Le Morne - Une légende de Maurice

le Morne - Ile Maurice.jpg
 

Le Morne Brabant, cette magnifique montagne à plateaux située au sud de l’ile Maurice cache en vérité une bien triste histoire.

 

La légende

Vous connaissez le rituel n'est-ce pas ? Alors ne tardons plus, je vous emmène avec moi à une ancienne veillée mauricienne devant une tasse de thé fumant et un plateau de makatia. Posez-vous et écoutez le récit de grand-tante Emelyne sur les esclaves du Morne.

L'ile Maurice cache de nombreuses légendes et vous avez de la chance, grand-tante Emelyne aimait les raconter. Notre histoire d'aujourd'hui nous emmène quelques centaines d'années en arrière, à l'époque où l'esclavage sévissait encore en toute impunité.

De nombreux hommes, femmes et enfants furent arrachés de leurs terres d'Afrique et de Madagascar pour être transportés sur les rives mauricienne. Là, ils étaient bafoués, humiliés et forcés à travailler aux travaux de route et autres infrastructures de l'ile et/ou dans les plantations. Les esclaves furent d'abord exploités par les hollandais puis par les français pour finir par les anglais, le tout s'étendant sur une période d'un peu plus de trois longs siècles.

La légende raconte que les esclaves, les marrons comme les nommaient leurs tortionnaires, trouvaient régulièrement refuge sur la montagne du Morne. Les grottes disséminées au sommet de la montagne servaient d'abris provisoire. L'eau, la nourriture et les vêtements manquaient cruellement, mais tout était préférable au sort qui les attendaient si leurs bourreaux les retrouvaient.

Au début du 19e siècle, après l’annonce de l’abolition de l’esclavage, les anglais débarquèrent en nombre pour annoncer la nouvelle. Cependant, les esclaves voyant arriver ce soudain renfort de soldats, pensèrent que ces derniers venaient pour leur faire subir de nouvelles tortures.

En désespoir de cause, un grand nombre d'entre eux s'enfuirent le jour même et allèrent escalader les pentes escarpées du Morne. Arrivés au sommet, ils ne se cachèrent pas dans les grottes, ils restèrent là, les yeux tournés dans la direction de leur pays natal, avant de se jeter dans le vide.

Le Mot de la Fin

La légende veut que depuis ce temps, certains soirs de pleine lune, on distingue parfois des voix de femmes chantant des mélodies déchirantes dans une langue inconnue. Les gens du village disent alors que ce sont les âmes des marrons qui errent au pied du Morne, attendant leur délivrance finale...

Aujourd'hui, le Morne est classé  au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2008 sous le nom de « paysage culturel du Morne ». Il est considéré comme un symbole mondial de liberté.